Caractéristiques du style

Caractéristiques du xinyi bagua

Caractéristiques du style

 

Le xinyi bagua est une boxe de principes plus que de techniques. Le recours a des formes techniques (taolu) ne constitue qu'une étape, le but supérieur étant d'être capable d'appliquer les principes de manière naturelle, sans forme préconçue.

 

Que travaillons-nous en xinyi bagua ? Des exercices de postures (la fameuse posture de l'arbre - zhan zhuang : se tenir comme un arbre ou comme (sur)un piquet) qui visent à acquérir des qualités physiques et mentales, des exercices de nei gong (travail interne) permettant là aussi de développer des facultés physiques et énergétiques. Ces exercices de nei gong forment une sorte de yoga martial, tandis que je n'hésite pas à considérer le travail de posture comme une méditation debout.

En outre, nous effectuons bien sûr des exercices plus martiaux :  des exercices de boxe et de lutte (seul, avec partenaires et avec des outils comme des mannequins de bois) et des exercices avec armes. Parmi les exercices à mains nues, outre les enchaînements codifiés (taolu) qui sont des sortes de répertoires de techniques mais qui permettent de travailler consciemment tous les principes qui régissent notre boxe, nous avons un panel d'exercies variés permettant d'acquérir les diverses qualités propres au style, telles le rebond et l'élasticité du corps. Citons les Shí dà xíng十大形 (littéralement les dix grandes images ou dix grandes formes) et les bousculades et pāida gōng拍打功 qui se font avec un partenaire ou contre un arbre ou un poteau (voir dans les vidéos des exemples pris parmi d'autres styles de kung fu présentant des similarités avec notre école). Nous pouvons bien sûr évoquer les exercices de combat, comme "les mains qui font le pont" ou bien les applications sur 4 portes.

Il existe un premier enchaînement intitulé xinyi quan fanziyi, qui pourrait se traduire par "une façon de pratiquer le xinyi quan". Ou l'appelle également les "18 punchs" car il y a 18 techniques dans cet enchaînement. L'étude des punchs se poursuit avec les 72 frappes ininterrompues. Nous abordons également un court enchaînement appelé "les pas enchaînés". Nous étudions ensuite un enchaînement de bagua appelé forme du lotus. Tout cela est complété par les 36 techniques de combat en cercle sur 4 portes, techniques que nous essayons ensuite de placer dans le travail libre des mains qui font le pont 桥手 qiáo shǒu . Puis vient l'étude des formes animales. Chacun de ces enchaînements contient des applications matiales qui peuvent se travailler de manière isolée.

En ce qui concerne la pratique avec les mannequins de bois, Chen BinDong se souvient qu'il en existait 13 types différents lorsqu'il étudiait chez Jiang Rong Qiao. Il a travaillé avec 6 mannequins différents. Malheureusement, pour des raisons diverses (notamment, le fait que certains types de mannequins sont bien spécifiques et ne se trouvent plus nulle part aujourd'hui), il a transmis la pratique avec 2 de ces mannequins à Daniel Belotti. Il s'agit du poteau simple, sans bras et du mannequin identique à celui utilisé en wing chun.

 

Les armes sont également étudiées : le grand bâton (bâton en rotin), le petit bâton (qui se travaille avec une ou deux mains), le pudao (grand sabre), l'épée et fourreau puis des armes doubles comme les hachoirs, la lune et le soleil, la hache et le crochet ou les "bracelets couteaux tigre". En faisant des recherches, nous avons retrouvé des traces de certaines de ces armes assez atypiques, notamment parmi les gangs chinois de San Francisco au début du XXème siècle.

Là encore, outre les formes pratiquées en solitaire, il existe des formes à effectuer avec un partenaire ainsi qu'un tas d'applications martiales.

 

Dans notre pratique, les notions de 5 éléments du bouddhisme et la "trilogie" Ciel-Terre-Etres" sont omniprésentes.

 

Les 5 éléments du bouddhisme se distinguent des 5 éléments de la pensée chinoise (terre-bois-feu-métal-eau) que l'on rencontre souvent dans les styles de wushu.

Ces 5 éléments - similaires à ceux hérités de la pensée grecque sont les suivants (dans notre approche, nous parlons plutôt d'espace que de vide) :

5 elements

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 18/03/2016