Présentation

Nous sommes deux pratiquants d'arts martiaux chinois à l'initiative de la création du Kung Fu Club de Rouen :

 

Frédérik Fouré : pratiquant d'arts martiaux chinois depuis de nombreuses années, je suis passionné par l'Extrême-Orient en général. Je pratique le xinyi bagua et le wing chun avec Daniel Belotti depuis 2010.

Img 0216

Mon parcours dans le monde des arts martiaux d'Extrême-Orient :

Pratique du judo pendant un an (1987/1988) à l'âge de 14 ans.

Pratique du "kung-fu" de 1990 à 1992 avec Jean Hascouet. Je mets le terme kung-fu entre guillements car ce que j'ai pratiqué ressemblait plus à un patchwork de techniques vaguement chinoises qu'à du réel kung-fu, avec un style de référence...

Pratique du taiji quan de 1991 à 1993 avec Christian Foulon, par ailleurs karatéka élève de Pierre Portocarrero. Une rencontre qui m'a apporté beaucoup car Christian Foulon est un excellent pratiquant et professeur.

Pratique du kung-fu (avec une très nette dominante de wushu moderne et un peu de Shaolin nouvelle génération) de 1995 à 1997 à l'ASPTT de Rouen.

Pratique du wushu moderne (et un peu de Shaolin moderne) à l'ACSEC, avec Yang LiQin, de 2000 à 2010. Pendant cette période, je suivrais plusieurs stages avec le club de Cléon (ECBC), avec Yuan HongHai ainsi que divers échanges avec d'autres pratiquants de wushu et/ou de taiji quan. A l'ACSEC, outre l'enseignement de M. Yang, j'ai beaucoup appris avec Patrick Pereira et Franck Beaurain.

 

Depuis 2010, pratique du xinyi bagua puis du wing chun depuis 2011 avec Daniel Belotti. Je recherchais depuis longtemps une pratique complète, ancrée dans une tradition et permettant un épanouissement sur tous les plans. Je l'ai trouvée enfin en rencontrant Daniel. Avec ce professeur, je peux enfin accéder à un kung-fu authentique, riche et cohérent, qui exige une pratique assidue (qui revet même la forme d'une véritable hygiène de vie) et qui n'est pas compatible avec tout ce que je voulais fuir : le monde des fédérations et des clubs qui se livrent une pauvre guerre d'égos ; une vison des arts martiaux se présentant soit comme une pratique sportive, soit comme une pratique de loisir (alors que les arts martiaux sont bien autre chose, en tout cas ne peuvent être appréhendés comme un sport ou un loisir si l'on vise une pratique permettant un développement complet et efficace), etc.

La pratique avec Daniel Belotti est basée sur l'autonomie. C'est tout à fait ce qui me correspond, car je pense que le kung fu est une voie de développement personnel. Un tel développement ne peut être  accompli qu'en étant libre de ses jugements. Le professeur n'est pas un gourrou, l'élève n'est pas un esclave ou un mouton. Et comme le chemin qui mène à la source repond déjà à notre soif, la pratique qui vise l'épanouissement ne peut-être que libre, c'est-à-dire, autonome.

 

Sébastien Marques : après avoir pratiqué le kwan ki do (art martial sino-vietnamien), je me suis consacré à la pratique du wushu moderne à l'ACSEC de Saint-Etienne du Rouvray. C'est là que je rencontrerai Frédérik. En 2011, nous décidons de suivre l'enseignement de Daniel Belotti en wing chun. Parallèlement à ma pratique du wing chun, j'ai fréquenté pendant quelques années un club de krav maga et suivi divers stages de cette discipline et de systema.

Img 0212

 

 

Les commentaires sont clôturés

Date de dernière mise à jour : 14/09/2017